Les Maires des 9 communes littorales du golfe se sont réunis pour établir et coordonner les grands principes permettant la réouverture des plages au public et adresser au préfet une demande de réouverture de certaines plages, dès le samedi 16 mai.
 
Chaque commune établit ensuite son dossier de réouverture, présentant toutes les mesures prises pour respecter les règles sanitaires.
 
L'objectif de cette demande groupée est de permettre à tous l'accès aux plages publiques, dans les meilleures conditions sanitaires.
 

Cette demande inclut :

  • la baignade sans bain de soleil prolongé
  • l'ouverture des clubs nautiques associations, locations d'engins nautiques, en pratique individuelle uniquement
  • l'ouverture des plages privées pour vente à emporter et location de matelas (peu de communes sont conernées car la location de matelas est sont souvent liée à des services de restauration qui, eux, doivent toujours rester fermés).

 

Chaque maire a ainsi adressé une demande, pour sa commune, accompagnée d'un protocole sanitaire adapté aux problématiques de chaque plage :

  • Distanciation sanitaire
  • Pas de regroupement de plus de 10 personnes
  • Entrée et sortie des plages indiqués, pour ne pas se croiser
  • Accès aux toilettes
  • Interdiction des jeux collectifs, jeux de ballon, et des jeux dans l’eau
  • Pas de vente ambulante

 

Compte tenu des importants moyens humains et matériels que les mairies vont devoir déployer pour respecter les protocoles sanitaires et en assurer le contrôle, toutes les plages ne pourront pas rouvrir.

 

Le Président de la Communauté de communes, Vincent Morisse a également adressé au préfet un courrier récapitulatif au nom de la Communauté de communes, précisant que l'ouverture des plages serait "nécessaire pour le bien-être de notre population, confinée depuis deux mois, qui ne comprendrait pas que le littoral reste interdit à la promenade ou la baignade, alors que d’autres lieux sont désormais ouverts à tous" et que "cette réouverture est indispensable pour donner un signal fort à notre économie locale qui [...] est en grande partie liée au tourisme. Au moment où débute la saison estivale, il est indispensable de commencer à redonner du souffle à notre économie". 

> Consultez le courrier dans son intégralité